Notre état d’esprit

Proposer des rencontres, de la découverte, de l’authenticité, de la convivialité…
Développer un tourisme durable, responsable, urbain, participatif, solidaire, éthique et équitable… et professionnel.
Faciliter l’accès aux loisirs, à la culture et la citoyenneté.
Bref : Réinventer un tourisme à visage humain !

A travers toutes ses activités (balades, rallyes…), «ça se visite !» porte des valeurs humaines : Découvrir Paris et sa banlieue (Saint-Ouen et Pantin) grâce aux acteurs locaux (habitants, commerçants, artistes, artisans, associations, entreprises privées, institutionnels et politiciens…), c’est vivre la ville telle quelle est : complexe, riche, surprenante, agréable et agressive… en tout cas : authentique.

«ça se visite !» propose un tourisme durable : suivant la définition (en 1995) de l’OMT (Organisation Mondiale du Tourisme) s’appuyant sur les travaux du sommet de la Terre à Rio de Janeiro, le tourisme durable repose sur 3 piliers : les domaines de l’environnement, de l’économie et du social doivent être pris en compte pour permettre le tourisme d’aujourd’hui sans gâcher le potentiel des futures générations.

En clair : Faire du tourisme en respectant personnes et éco-systèmes et en veillant à ce que l’économie ne détruise pas les sociétés et cultures d’accueil.

Un tourisme urbain : car l’essentiel de nos activités se déroule en ville, là où habitent des êtres humains : ça tombe bien, c’est justement eux que l’on souhaite rencontrer… Evidemment, ça ne veut pas dire que l’on aime pas les petits oiseaux et les petites fleurs à Paname !

Un tourisme participatif : Acteurs locaux, publics et employés du tourisme sont partie prenante de nos activités, l’équilibre résidant dans le respect de chacun !

Les acteurs locaux (habitants, commerçants, artistes, artisans, associations, entreprises privées, institutionnels et politiciens…) soutiennent la démarche de «ça se visite !» en indiquant l’état d’esprit, les préoccupations locales, en nourrissant le contenu des activités par les multiples informations qui rendent compte de la vitalité des quartiers traversés. Ils nous reçoivent aussi au cours de nos balades, donnant ainsi gratuitement de leur temps, et permettant alors des rencontres privilégiées entre “ceux qui découvrent les territoires” et “ceux qui y vivent”. Ils sont l’essence du projet de «ça se visite !» et «ça se visite !» existe grâce à eux !

Le public devient aussi acteur : participer aux activités de «ça se visite !», ce n’est pas écouter benoîtement le docte discours d’un érudit. En indiquant leurs centres d’intérêts, leurs interrogations et réactions, les participants font vivre eux aussi la balade et rendent uniques ces instants de rencontres et découvertes.

Les employés du secteur touristique ne sont pas oubliés à «ça se visite !» : les accompagnateurs-révélateurs de quartier contribuent au bon déroulement des activités, bien sûr, mais aussi à leur élaboration, voire leur innovation : l’épanouissement des personnes (bénévoles ou salariés) va de pair avec une démarche professionnelle.

Un tourisme solidaire : Dès ses origines, le projet «ça se visite !» s’est conçu comme un acte militant : insertion professionnelle, revalorisation des territoires, retombées économiques ont fait partie des objectifs poursuivis (Pour plus d’infos, consultez l’Historique du projet).

Car inciter à la découverte des quartiers mal-aimés de Paris et sa banlieue, aider à comprendre leur vitalité et leurs richesses, amener à porter un regard nouveau, ce n’est pas anodin !

La solidarité s’exprime aussi en essayant de rendre nos activités accessibles à tous, sans barrière financière ou de langues, d’âge, de capacité physique… Ainsi, régulièrement, nous réservons certaines de nos activités à des publics dont nous connaissons les difficultés.

Enfin, comme en matière de solidarité les mots et les principes ne suffisent pas, nous nous engageons à reverser une partie de notre chiffre d’affaires aux territoires que nous visitons : 10% semble un objectif annuel réaliste. C’est aussi une manière de participer à la vie économique locale et de permettre aux différents acteurs de vivre de leur travail. Pour être complètement transparent, un bilan sera régulièrement établi et rendu disponible .

Une démarche professionnelle : A «ça se visite !», il y a des bénévoles et des salariés, il y a des personnes qui sont issues du milieu du tourisme (par leurs diplômes, leurs parcours professionnels… voire les deux !)… et d’autres pas du tout ! Et c’est cette osmose qui créée l’originalité de la démarche !

Mais qu’ils soient simples habitants soucieux de leur quartier ou guides accrédités, chacun des acteurs du projet s’inscrit dans une démarche professionnelle : Notre projet est original, novateur, mais notre attitude rigoureuse et notre savoir-faire reconnu.

Notre ambition est d’aider à l’émergence de nouvelles formes de tourisme, et de convaincre à la fois le grand public et les professionnels du tourisme de la pertinence de notre démarche. Pour cela, une attitude irréprochable et des compétences avérées sont la clef de notre crédibilité.